Communiqué – Sondage Mobile Punch

 

Selon un récent sondage Léger et Mobile Punch : Plus du 3/4 des travailleurs de la construction sondés préfèrent les applications de punch mobile aux feuilles de temps papier
Le virage numérique de l’industrie de la construction compromis
si pas d’entente syndicale avant le 30 avril

 

Québec, Mercredi 21 avril 2021 – L’entreprise Mobile Punch a récemment commandé un sondage téléphonique Léger auprès de 300 travailleurs de la construction afin de sonder leur opinion quant à l’utilisation de leurs cellulaires dans le cadre de leur travail, particulièrement en ce qui a trait aux applications de gestion des heures de travail.

Comme le virage technologique dans l’industrie de la construction est bien amorcé depuis les 5 dernières années, les données révèlent que la quasi-totalité des répondants utilisent ou ont déjà utilisé ces applications. D’ailleurs, 89% des répondants ont une opinion favorable ou neutre quant à l’utilisation des nouvelles technologies pour la gestion des feuilles de temps. De plus, les résultats démontrent que plus du trois quart (77 %) des travailleurs sondés préfèrent le punch mobile à la méthode papier.

Pour ce qui est de l’utilisation du téléphone mobile par les travailleurs dans le cadre de leur travail, les deux tiers des répondants y sont favorables. La principale raison expliquant l’opinion défavorable d’une minorité quant à l’utilisation du téléphone mobile pour le travail est le fait que le téléphone mobile ne soit pas payé par l’employeur.

De plus, une forte majorité sondée, soit plus de 80 % ne considèrent pas ce type de technologie comme étant une intrusion dans leur vie privée. D’ailleurs, Jérôme Guay, co-fondateur et président de l’entreprise Mobile Punch, et ancien entrepreneur en construction, précise que le logiciel qu’il a développé il y a plus de 5 ans visait initialement à contrer tous les maux de tête reliés à la gestion des feuilles de temps papier. « Le téléchargement de notre application ne donne aucunement accès aux informations confidentielles dans le téléphone du travailleur telles qu’à l’agenda, aux photos, aux courriels ou à toutes autres données personnelles. De plus, notre application géolocalise l’employé uniquement lorsque celui-ci active la fonction du « punch in/ punch out » et par la suite la géolocalisation est inactivée » confirme-t-il.

Autre élément important depuis avril 2020, la très grande majorité des répondants (81 %) affirment compléter le questionnaire santé de symptômes de la Covid-19 obligatoire par la CNESST en ligne et ce, quotidiennement.

 

Le virage numérique de l’industrie de la construction mis en péril

Malgré que les données révélées dans ce récent sondage semblent indiquer que les travailleurs interrogés sont majoritairement favorables à cette technologie, les associations de la construction, soient l’ACQ et l’APCHQ négocient présentement les nouvelles conventions collectives de milliers de travailleurs de la construction dans lesquelles l’utilisation d’appareils intelligents est grandement remise en question. Les parties patronales et syndicales ont jusqu’au 30 avril pour s’entendre sur plusieurs points dont celui-ci.

Les applications de punch mobile offrent aux petites et moyennes entreprises de la construction la capacité d’automatiser le processus de feuilles de temps et proposent aussi pour la majorité une gestion de projet intégrée tel que la gestion des horaires, les bons de travail, les soumissions, les factures, etc. Ces types d’application permettent d’éviter des erreurs, de sauver du temps, des ressources humaines et financières et de contrer le travail au noir. De plus, les entrepreneurs peuvent suivre en temps réel la productivité et la rentabilité de leurs projets en cours.

« Pour les milliers de PME de l’industrie qui ont pris ce virage numérique avec nous depuis 2016, les enjeux dans le contexte des négociations en cours sont lourds de conséquence. Si les parties patronales et syndicales ne réussissent pas à s’entendre avant le 30 avril prochain, toutes les sommes et les ressources investies pour automatiser un processus qui était jusqu’alors réalisé à la mitaine, auront été en vain », explique M. Guay.

Le plan d’action pour le secteur de la construction présenté par le gouvernement en mars dernier prévoit des dizaines de millions de dollars seront investis d’ici 2023 afin d’augmenter la productivité de l’industrie de la construction grâce, entre autres, au virage numérique des entreprises.

De plus, les demandes déposées en janvier 2021 par les deux associations patronales, l’APCHQ et l’ACQ, incluaient l’utilisation des applications de pointage dans les négociations de la nouvelle convention collective 2021-2025.

Il faut se rappeler que les conventions collectives actuellement en vigueur dans l’industrie datent de 2010. En 2017, lors de la grève des travailleurs de la construction, le gouvernement a adopté une loi spéciale, soit le projet de loi 142, qui a permis la reprise des travaux dans l’industrie de la construction grâce à une augmentation de salaire de 1,8 pour cent octroyée aux ouvriers. Ce qui fait en sorte que la grande majorité de la convention collective qui prévaut toujours date de 2010. Avec toutes les avancées technologiques développées dans les dernières années et souhaitées par une grande majorité de l’industrie, il ne faudrait pas laisser cet important élément en suspens pour les quatre prochaines années.

 

Méthodologie du sondage

La collecte de données a été effectuée du 1er au 11 avril 2021 par le biais d’un sondage téléphonique auprès d’un échantillon aléatoire de 300 répondants travailleurs de la construction choisi au hasard à partir d’une base de données de 10 000 contacts fournis par le mandataire de l’étude. À noter que les résultats de cette étude sont représentatifs du profil des travailleurs compris dans la liste de contacts fournie par le mandataire. Ceci étant, les résultats ne sont pas extrapolables à l’ensemble de la population des travailleurs de la construction du Québec.

 

À propos de Mobile-Punch

Fondée en 2016 par Jérôme Guay et Bryan Porter, Mobile-Punch est une application mobile destinée aux PME de tous les secteurs d’activité qui souhaitent maximiser la gestion des horaires de travail et de leurs projets. L’entreprise a été la première à développer et à rendre disponible en avril 2020 le questionnaire santé de symptômes de la Covid-19 pour les travailleurs, obligatoire par la CNESST. Depuis, c’est plus de 1 400 000 questionnaires qui ont été remplis jusqu’à présent. Mobile-Punch est offerte en français et en anglais et fonctionne sur tous les appareils mobiles Android et iPhone. Elle regroupe plus de 26 000 utilisateurs quotidiennement dans le monde au sein d’entreprises aux domaines variés, tels que la construction, la sécurité, l’entretien ménager et les services de réparation, pour n’en nommer que quelques-uns. Depuis le lancement de l’entreprise, c’est plus de 10 500 000 punchs qui ont été réalisés sans papier au bénéfice de tous les clients.

 

Pour plus d’information, ou pour une entrevue avec le président de Mobile-Punch, veuillez communiquer avec :

Matom Communication
Lydia Juliano
T. 514 949-1446
C. ljuliano@matom.ca

Articles précédents

projet Shoestring

Qu’est-ce que le projet Shoestring ?

De quoi traite le projet Shoestring ? Le projet Shoestring…

17 juin, 2021

Entrevue à TVA avec Jérôme Guay

Voir l'entrevue ici :   [video width="1280" height="720" mp4="https://mobilepunch.com/wp-content/uploads/2021/05/video-1622165116.mp4"][/video]

28 mai, 2021

Explication de notre président de Mobile-punch suite aux allégations faite par M.Boisjoly de la FTQ construction

Écoutez ici : https://www.fm1069.ca/audio/397398/eventuelle-greve-dans-la-construction-lapplication-mobile-mobile-punch-mentionne-ne-pas-geolocaliser-les-travailleurs-en-dehors-des-heures-travaillees  

24 mai, 2021

Contactez-nous

Mobile-Punch fait économiser temps et argent à des milliers d'entreprises.
Appelez-nous afin de savoir comment elle pourrait en faire autant pour la vôtre!

Nous sommes situés au :
5955, rue Saint-Laurent
Lévis, Québec
G6V 3P5